Les jeux de la manipulation

 

Je suis donc je joue !

Et oui… je suis un être humain socialisé et comme tous les êtres humains vivant en société, je joue l’un des jeux psychologiques appris depuis ma toute petite enfance.

Contrairement aux jeux sains et inoffensifs comme les jeux de société, les jeux psychologiques sont plutôt des jeux malsains, d’une mauvaise communication.

Ils nuisent à la santé mentale du joueur et ils nuisent aux relations humaines !

Et pourtant chacun de nous a son ou ses jeux préférés et y joue très souvent, et, les relations humaines étant ce qu’elles sont, nous trouvons toujours quelqu’un avec qui jouer !

Steve Karpman a mis en évidence un jeu qu’il a nommé « le triangle dramatique » qui met à jour 3 rôles communément endossés dans les relations humaines.

capture-decran-2016-09-26-a-12-16-10

Un triangle qui repose sur un angle !

Steve Karpman avec la représentation qu’il fait de « son » triangle dramatique, pose tout de suite le cadre d’un terrain de jeux instable, inconfortable, voué à l’échec avec des angles saillants qui provoquent des blessures.

Le cadre est posé, les joueurs ne ressortiront pas indemnes du jeu…

Chacun des angles représente un rôle avec ses scenariis bien rodés, et ses grands classiques.

La distance est la même entre chaque rôle et offre ainsi la possibilité aux joueurs de passer de l’un à l’autre des rôles en toute facilité.

À noter qu’il s’agit bien de rôles et non de personnes, ainsi chacun de nous peut tour à tour endosser l’un ou l’autre des rôles, dans n’importe quelle situation.

Et quels rôles !

Il y a, situé en haut à gauche le persécuteur, en haut à droite le sauveur et en bas au centre la victime.

 

Triangle dramatique

 

Le rôle du persécuteur

Lorsqu’une personne joue ce rôle, inconsciemment elle pense :

  • Je suis la meilleure
  • Je dois attaquer, interdire, blâmer
  • J’ai le droit et le pouvoir de faire que les autres se sentent coupable, minable, redevable… Et plein d’autres ……able

Le rôle du sauveur

Lorsqu’une personne joue ce rôle, inconsciemment elle pense :

  • Si les autres acceptent mon aide ils seront meilleurs
  • Je n’ai pas d’autres choix que d’aider les autres
  • Grâce à moi les autres se sentiront mieux parce que moi je sais ce qui est bon pour eux et ainsi ils me seront redevables, aliénables… Et plein d’autres ….able

Le rôle de la victime

Lorsqu’une personne joue ce rôle, inconsciemment elle pense :

  • J’ai moins de valeur que les autres
  • Je suis obligé de geindre, de me plaindre, sur moi et sur la situation
  • Les autres ont le pouvoir de me faire me sentir coupable, redevable, aliénable… Et plein d’autres ….able

 

Maintenant que les rôles sont posés, voici un exemple d’une séquence de jeux issue de la vie de jours les jours :

 

Albert : Mon travail ne me plait plus, j’aimerai bien changer, mais tu sais avec la crise c’est toujours pareil, impossible pour des gars comme moi de faire autre chose !

Isabelle : mais tu sais tu devrais quand même essayer sinon tu vas regretter

Albert : ah ben c’est facile à dire pour toi, tu n’as personne à ta charge, t’es toujours très forte pour donner des leçons mais bon ça va pas très loin….

Isabelle : oh je voulais juste t’aider, pourquoi es tu méchant avec moi ?…

(…)

Décodage.

Albert s’installe au début dans un rôle de victime, « il veut changer de travail mais ce qui est possible pour d’autre lui est interdit parce que ….. »

Isabelle arrive en sauveur et lui explique ce qu’il doit faire ou penser.

Albert change de rôle et endosse le costume du persécuteur avec la leçon qu’il fait à Isabelle et l’attaque en règle qui suit.

Isabelle se drape alors dans son nouveau rôle, celui de victime.

(…)

Albert et Isabelle pourraient continuer ce jeu et à tour de rôle changer de costume.

 

Vous avez certainement en tête quelques uns de ces jeux et peut-être même avez-vous déjà identifié le rôle que vous interprétez le plus souvent …

Mais c’est parce que ces rôles sont destructeurs qu’il est important de les reconnaître et de s’en détacher.

Alors comment sortir du triangle dramatique ? Ce sera la suite de cette première histoire et ce sera l’objet d’un prochain article dans 2 semaines.

Au plaisir de vous retrouver dans 2 semaines !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *