Ca suffit…

Brassens, Brel, Barbara, Bourdieu et maintenant Bedos. Mon panthéon personnel affiche complet.

L’avantage quand on achète Libération, c’est qu’on peut lire deux romans de Sartre en même temps ; « Les mots » et « Les mains sales »

« Ségolène est très maladroite… pas très bien à gauche non plus »

« Ceux qui sont contre l’avortement, sont ceux-là mêmes qui sont pour la peine de mort »

« Ça devient difficile d’être de gauche. Surtout quand on n’est pas de droite »

« Dire que Nadine Morano est une conne, ce n’est pas de la diffamation, c’est de l’information ! »

« Dieu soit loué – et s’il est à vendre, achète, c’est une valeur en hausse ! »

« Être prêt à mourir pour le peuple ça ne signifie pas qu’on est prêt à vivre avec »

« Quelquefois, on me dit : Pourquoi êtes-vous méchant comme ça ? C’est gratuit ! Ce n’est jamais gratuit, je suis payé pour ça »

« Des vacances à Marrakech » en passant par « Paulette », de « Dragée au poivre » à Brecht, ses spectacles se sont souvent transformés en meeting et en stand de tirs à vue. Les Guignols lui doivent beaucoup. Desproges tout autant. Provocateur, manichéen, il a inventé avec ses revues de presse un rendez-vous politique devenu sa marque de fabrique une autre manière de décoder l’actualité décapante et inspirée. 

Je ne compte pas les scènes pendant toutes ces années de compagnonnage et ce souvenir au théâtre antique de Vienne remonte à la surface : Bedos prend par la main un enfant, l’œil pétillant, arrivé des backstage, qu’il fait applaudir dans un salut très inspiré… Nicolas faisait ses premiers pas vers le succès. J’ai bien conscience que c’est un peu du « Voici ». Et qu’il ne suffit pas d’être le fils de… pour réussir. Anthony, Guillaume, Paul peuvent en témoigner mais il est des filiations qui respirent le talent. Comme une évidence…

Weber à la tête du théâtre du 8ème à Lyon à qui j’avais proposé dans les années 80 d’organiser dans cette salle un festival de l’humour, m’avait donné les coordonnées de Bedos qui avait tout de suite adhéré à l’idée et d’y associer Villeret, Jolivet, et Coluche (sur qui j’avais fait mon mémoire de DEA) mais étonnamment les appuis locaux ont manqué pour communiquer sur l’évènement. Mort-né. Regrets éternels.

Il manque quelqu’un de cher (il fallait bien ça pour s’offrir un pied à terre à l’ile Saint Louis et en Corse) à la table des idées. Mais le combat contre le racisme et la défense des droits de l’homme continuent.

« Le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit »

Au revoir Monsieur Bedos.

Merci beaucoup.

Un commentaire sur “Ca suffit !

  1. bravo et merci pour cet hommage…..et oui, encore un de nos pères spirituels qui part…. Il n’en reste plus beaucoup .

    Bonne soirée

    Jean

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.