Voici le nouvel opus de l’année écoulée…

Je voudrais croire parfois que certains d’entre vous l’attendaient

2012 aura été l’année de toutes les émotions.

Un homme en bonne santé décide de sauter dans le vide à plus de 39 000 m d’altitude. Le monde retient son souffle et vibre à l’unisson de l’exploit des exploits. Et Red-Bull façonne la mémoire collective.

La Reine Mère elle aussi a décidé de faire le grand Bond dans les bras du quinqua le plus célèbre de la planète, rappelant à tous que le so british reste inimitable. Kate cherche à lui voler la vedette en montrant ses seins.
Oh My God !

Les anglais ont Shakespeare, ils gagneraient à relire Tartuffe.

Ceci dit, quand Gala devient la référence, Denisot a de l’avenir.

Houston on a un problème. Une voix s’en va, elle qui n’a pas su protéger son corps des attaques de la coke, s’est envolée directement rejoindre le grand Neil aux pas de géants.

Attention un Armstrong peut en cacher un autre : Lance, lui est déjà en enfer.

Si West Side Story continue d’attirer les foules dans les théâtres, le gang qui compte est désormais coréen et s’impose comme la plus petite culture commune multiple d’un monde en réseaux.

Etre ou avoir ? Et si ce n’était pas qu’une question de grammaire !

Une page se tourne et les iPad mini sonnent le glas des net books qui sonnent le glas des ordinateurs qui sonnent le glas de la société de consommation où la Grèce berceau de notre civilisation et de la pensée moderne n’en finit pas de mourir de ne pas vouloir mourir.

Mais quel est le poids de Platon face à Merkel ?

Le Moyen Orient nous a permis de revisiter le dictionnaire des synonymes : soit Syrie comme cynisme, Realpolitik, massacres, abandon, tueries, dictature, condamnation de la communauté internationale.

L’important c’est d’avoir un vocabulaire suffisamment riche pour émouvoir sans lasser le spectateur du 20h, pressé d’assister au dernier épisode de Desperates  Housewives.

Les printemps arabes sont rentrés dans l’hiver à quand les prochains printemps ?

La démocratie à un prix, elle a aussi un coût, soit près d’un milliard de dollars de dépenses pour la campagne d’Obama de quoi nourrir des générations et des générations de réfugiés du Darfour : le monde continue de se diviser entre Etats munis et fier monde.

La France s’est débarrassée de Sarkozy et la voilà bien embarrassée avec Hollande car si l’équipe gouvernementale s’avère bien maladroite, on n’est pas certain pour autant, du coté de Mélenchon, qu’elle soit bien à gauche.

DSK s’offre la suite la plus chère du monde à six millions la nuit, il faut espérer que le service était à la hauteur (version macho)
Autre version : DSK s’offre une humiliation planétaire que six millions de dollars ne feront pas oublier. Anne ma sœur Anne… que n’as tu rien vu venir ?

Teddy Riner est sur le toit du monde, Bolt voyage parmi les étoiles, l’Espagne continue de donner une leçon de football à ses adversaires et Messi fait des miracles quoi de plus naturel en somme ?

100 tableaux. Une vie. Avec Hopper l’incommunicabilité devient un medium, qui lui même est un message que l’artiste refuse d’assumer. Peintre de la lumière et des couleurs du temps et… de l’ennui…
Sociologie de la banalité d’une Amérique de la middle class. Et s’il y avait du Godot dans cette peinture ?

L’Encyclopaedia Universalis disparaît dans sa version papier. Pour plusieurs générations c’est le rappel d’une relation affective avec le Savoir, parfois douloureuse, le plus souvent exaltante. C’est un référentiel qui se transforme pour autant c’est moins sa version désormais numérique qui pose question que la capacité des générations futures à lire des ouvrages longs ; je veux dire qui demande un temps long de lecture, qui devrait nous interpeller. A vos tweets partez !

Dujardin s’est forgé un destin, Omar Sy n’a plus qu’à assurer son propre service après vente et Depardieu fait du Depardieu. Il a grandi en apprenant les grands textes, il vieillit en apprenant à compter. Le roi se meurt.

Enfin vous avez aimé Mitterrand et Rocard vous aimerez Fillon et Copé où les chroniques de la haine ordinaire revisitées à la mode UMP.

Prolongations prévues sur 2013.

La société du spectacle ne prend pas de vacances.

Marine non plus.

Aznavour est toujours vivant.

PS : Cette année la chronique des voeux est plus radicale, l’air du temps, une envie de Zlatanner peut être…

2013 s’annonce l’année de tous les dangers.

En même temps cette année aurait pu ne pas exister.

Alors essayons un sursaut de confiance, une touche de solidarité, un retour au bon sens, l’huile de coude, la cohésion d’équipe, le goût de l’effort juste, le respect de l’autre, l’investissement dans les hommes : voilà que je me mets à parler consultant, il est grand temps que cette chronique s’arrête.

Bonne année !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *